SGPA-UNSA

Syndicat Général du Personnel des Autoroutes

Nomination : Paru dans les echos

Publié le 17 avril 2014

image_pdfimage_print

La rumeur courait en interne et se confirme : le PDG de Vinci, Xavier Huillard, va proposer au conseil d’administration la nomination de Pierre Coppey, 51 ans, président de Vinci Autoroutes, au poste de directeur général délégué du groupe, en d’autres termes numéro deux de Vinci. La nouvelle, révélée vendredi par le site internet « Atlantico » n’est pas commentée par la société mais a été confirmée aux « Echos »  par des proches du groupe.

Sa nomination sera proposée au conseil d’administration du 15 avril, dans la foulée de l’assemblée générale du même jour, dans l’hypothèse (fort probable) où les actionnaires auront renouvelé le mandat de Xavier Huillard comme le propose le conseil. Comme directeur général délégué, une fonction nouvelle chez Vinci, Pierre Coppey s’intercalera entre le P.D.G et les deux directeurs généraux adjoints actuels, Christian Labeyrie, en charge des finances et Richard Francioli pour les activités de BTP (le « contracting », par opposition aux concessions). Reste à déterminer le périmètre exact de ses fonctions, sachant qu’il conservera la direction des autoroutes.

 

Soutien précieux

« Il est normal que Xavier Huillard, qui va être reconduit pour quatre ans alors qu’il a 60 ans, aborde le sujet de sa succession », justifie un proche. Reste que le choix de Pierre Coppey étonne certains en interne. Proche de Xavier Huillard, dont il a été un soutien précieux lors de son bras de fer en 2006 avec son prédécesseur, Antoine Zacharias, le futur DG délégué affiche cependant un profil atypique chez Vinci. Diplômé de l’Institut d’études Politiques de Strasbourg, d’une école de journalisme et de l’école Nationale Supérieure des PTT, il a été directeur de la communication et des ressources humaines avant de prendre la direction générale de Cofiroute en 2006, puis de Vinci Autoroutes. Une activité essentiellement française. « Etant donné la volonté du groupe de se développer à l’international, le profil franco-français du futur DG délégué est plutôt surprenant », remarque un bon connaisseur de Vinci.

La question est maintenant de savoir quelles conséquences aura cette nomination sur le management du groupe. Pierre Coppey n’a pas la réputation d’être une personnalité consensuelle en interne. Surtout, comme souvent en pareil cas, ce choix pourrait conduire certains managers déçus à s’interroger sur leur avenir au sein du groupe. Quant à la suite, elle reste évidemment à écrire. Pierre Coppey semble aujourd’hui en pôle position pour succéder à Xavier Huillard, même si certains ne sont pas de cet avis. « Habituellement, un directeur général de société ou de branche ne passe pas par la case de numéro deux, estime un proche du groupe. Quand vous y passez, vous y restez ». La façon dont le nouveau tandem à la tête de Vinci va fonctionner devrait donner rapidement la réponse à ces interrogations.